Le site officiel des notaires de France

Analyse du marché immobilier

19.07.2016
  • Le marché immobilier de l'ancien

    • Indices

    • Selon l’indice Notaires de France-Insee, au premier trimestre 2016, les prix des logements anciens en France métropolitaine augmentent pour le troisième trimestre consécutif : +0,5 % par rapport au quatrième trimestre 2015 (en données provisoires corrigées des variations sai-sonnières), après +0,2 % les deux trimestres pré-cédents. Pour la première fois depuis début 2012, les prix des logements anciens s’accroissent sur un an : +0,3 % par rapport au premier trimestre 2015. Cette augmentation est due uniquement aux maisons, dont les prix augmentent de 1 % par rapport au même trimestre de l’année précédente. Les prix des appartements continuent de baisser sur un an, mais le recul s’atténue de nouveau ce trimestre (-0,4 %, après -1,1 % et -2,0 %).

    • En Île-de-France, les prix des logements anciens augmentent légèrement au premier trimestre 2016 (+0,3 %), après avoir été stables. Sur un an, les prix se redressent un peu, après une période de baisse continue depuis mi-2012. Ce léger rebond est dû aux maisons, dont les prix se redressent, alors que les prix des appartements sont restés stables.

    • En province, les prix des logements anciens sont en hausse pour le troisième trimestre consécutif. Sur un an, ils augmentent également de 0,4 %. Les prix des maisons poursuivent leur hausse, alors que les prix des appartements continuent de baisser.

    • Prix médians

    • L’analyse de l’évolution des prix médians en province montre des situations contrastées d’un département à l’autre. Concernant les maisons, les prix se stabilisent dans 20 % des départe-ments (13 % le trimestre dernier). En corollaire, le nombre de départements enregistrant des prix en hausse diminue (44 % au 1er trimestre 2016 contre 58 % au 4e trimestre 2015). Sur le marché des appartements, peu d’évolutions sont constatées : un tiers des départements sont en hausse, 16 % stables et 45 % en baisse.

    • Au niveau des principales villes de province, les évolutions annuelles des appartements anciens restent hétérogènes, tandis que pour les maisons anciennes, les prix sont majoritaire-ment en hausse ou stables à l’image du trimestre précédent, à l’exception notable de Lyon, qui enregistre une baisse de prix de 2,3 %, alors que les prix étaient repartis à la hausse le trimestre dernier (+1,7 % sur un an).

    • Avant-contrats

    • La projection des indices de prix à fin août 2016, faite à partir des avant-contrats sur l’ensemble de la France métropolitaine, indique une légère baisse annuelle des prix des appartements (-0,6 %) et une légère hausse de ceux des mai-sons (+0,3 %).

    • En province, l’indicateur avancé des apparte-ments anciens est en baisse sur un an (-1,8 %). Les maisons suivent la tendance nationale avec +0,4 % sur un an.

    • En Ile-de-France, les indicateurs avancés anti-cipent tous un climat un peu plus haussier à l’été, lié en partie à la composante saisonnière. À Paris, le prix attendu au mètre carré des appartements anciens pour août 2016 est de 8 180 €, soit une hausse trimestrielle de 2,2 %. La variation annuelle des prix dans la capitale serait éga-lement de +2,2 %, puisque les prix s’étaient maintenus autour de 8 000 € pendant toute l’année 2015 et début 2016.

    • Volumes (voir graphique ci-dessous)

    • À fin avril 2016, le volume des ventes au niveau national continue de progresser. Le nombre de transactions de logements anciens réalisées au cours des douze derniers mois est estimé à 830 000, en hausse de 19 % sur un an. Il retrouve ainsi les niveaux observés avant la crise de 2008-2009. Toutefois, le parc de logements s’est accru de 12,5 % entre 2005 et aujourd’hui. Il manque donc encore 100 000 transactions environ pour que l’on retrouve un taux de rotation analogue à celui des années 2004-2007. 

  • Le marché immobilier du neuf - Les chiffres clés

    • Construction de logements
      Résultats à fin avril 2016 
      ((Extrait de la note Datalab Essentiel n° 7 de juin 2016 du CGDD)1

    • Variation T/T-1 (*) Ensemble Individuels Collectifs
      (y compris en résidences)
      Logement autorisés - 1,1 % + 10 % - 7,6 %
      Logements commencés - 4,5 % - 3,5 % - 5,1 %
    • * Trois derniers mois par rapport aux trois mois précédents.

    • En données brutes cumulées sur douze mois, le nombre de logements autorisés à la construction (402 900 unités) augmente de 9,9 % par rapport au cumul des douze mois antérieurs.

    • Commercialisation des logements neufs
      Résultats au 1er trimestre 2016 
      (extrait de la note n° 738 de mai 2016)

    •   1er trimestre 2016

      Réservations

      + 15,2 % sur un an (26800 unités)
      Mises en vente + 18,8 % sur un an (27800 unités)
    • L’encours des logements proposés à la vente se réduit à 97 800 logements à la fin du premier trimestre 2016 (‑ 4,5 % par rapport au premier trimestre 2015).

  • Le crédit - Données Banque de France - Avril 2016

    • - Renégociations : 31 % de la production de « nouveaux » crédits à l’habitat (36 % en janvier 2016)
      - Encours de crédits : + 3,2 % sur un an.

    • Les taux moyens : 2,10 % (en baisse de 2,33 % en janvier 2016).

Voir aussi

02.05.2016

Le nouveau tarif des notaires

01.04.2016

Les diagnostics dans la vente immobilière

08.12.2014

HORS-SERIE N°2 - CONSEILS DES NOTAIRES "GUIDE DE L'IMMOBILIER"

22.04.2016

Vendre ou acheter : pourquoi passer par un notaire ?