lorem
Trouver un notaire
Annuaires

Marché immobilier : tendance et évolution des prix de l'immobilier

L'analyse du marché immobilier est issue de la Note de conjoncture immobilière des notaires de France. Elle présente la conjoncture immobilière en France : tendance et évolution des prix de l'immobilier.


Le marché immobilier dans l'ancien

Évolution des volumes de vente des logements anciens

À fin juillet 2018, le volume annuel de transactions reste à un niveau élevé, avec 950 000 ventes réalisées au cours des douze derniers mois.

Les volumes des ventes ont atteint un pic oscillant, depuis fin 2017, entre 950 000 et 960 000 transactions sur douze mois. Comme les trimestres précédents, deux éléments peuvent laisser présager la poursuite de cette stabilisation sur les prochains mois : le flux de nouveaux crédits au logement des ménages cumulé se stabilise et 85 % des banques déclarent une stabilisation de la demande de crédits à l’habitat.

Le dynamisme des volumes a correspondu au regain de confiance des ménages face à de meilleurs indicateurs et une meilleure santé économique du pays. La progression ininterrompue de février 2015 à octobre 2017 équivaut principalement à un rattrapage d’un marché particulièrement atone, corrélée à des paramètres structurels de marché particulièrement stables (des prix qui n’avaient pas encore accéléré et des taux d’intérêt toujours aussi bas). Si l’on rapporte les transactions au stock de logements disponibles, qui augmente d’environ 1 % par an, la proportion de ventes est équivalente à celle du début des années 2000.

Néanmoins, comme les notaires le constatent dans leurs études, les volumes connaissent un léger essoufflement. Les Cassandre pourraient y voir un retournement de tendance fort. C’est inexact. Il y a une normalisation des volumes et c’est, somme toute, rassurant. Replacée quelques années en arrière, l’annonce d’un volume de « seulement » 950 000 ventes sur un an aurait provoqué l’euphorie collective. Ne nous trompons pas, la tendance demeure à ce jour positive ; ce n’est pas parce que chaque nouveau trimestre ne bat plus le précédant en termes de nombre de ventes que la situation en devient catastrophique.

Le marché a, en réalité, une nouvelle fois évolué. Il faudra désormais s’attendre à être confronté à des variations qui seront faites de soubresauts, connaissant tantôt des accélérations tantôt des décélérations des volumes d’un trimestre à l’autre, touchant différentes villes françaises de façon inégale voire inverse.


Conjoncture immobilière : l'instant de vérité ?

La baisse des volumes viendra de la hausse des prix. Des taux bas, même avec l’allongement de la durée des prêts, ne pourront pas indéfiniment contrecarrer cette hausse et l’attentisme renaîtra si la situation économique globale en France venait à montrer des signes d’essoufflement.

L’investissement dans l’immobilier reste une décision importante : il rassure et sécurise par le sentiment de propriété et de tangibilité qu’il inspire, mais demeure une dépense chère tant par le coût du remboursement mensuel du prêt qui est le plus souvent mis en place, que part les frais importants qu’il faut débourser à l’achat.

Le poids de décisions politiques en faveur ou contre l’immobilier en général et le logement en particulier, la redéfinition des droits et obligations de chaque acteur de ce marché et la fiscalité qui sera appliquée influeront tout autant. Le vote de la loi ELAN participera à cet édifice, entendant provoquer « un choc de l’offre afin de répondre à la demande de logements ».


Le marché immobilier dans la neuf

Marché du neuf : les chiffres clés à fin août 2018

Le marché du neuf - les chiffres clés

Commercialisation des logements neufs au 2e trimestre 2018

Commercialisation des logements neufs au 2e trimestre 2018

 

Abattement sur les plus-values immobilières lors de la vente de terrains à bâtir nus ou bâtis destinés à être démolis,

Situés dans des zones dites tendues Se faisant l’écho des propositions du notariat au titre des mesures destinées à relancer la construction de logements neufs, l’article 28 II de la loi de finances du 28 décembre 2017 a créé, depuis le 1er janvier 2018, un abattement supplémentaire dans le calcul de l’impôt sur les plus-values immobilières lors de la vente de terrains à bâtir nus ou bâtis destinés à être démolis, situés dans des zones dites tendues.

Cet abattement est avant tout temporaire afin d’inciter les propriétaires de foncier à vendre aujourd’hui, sans attendre. Il s’appliquera pour toute promesse de vente ayant acquis date certaine entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2020. L’acte de vente définitif devra être signé jusqu’au 31 décembre 2022 au plus tard.


Consulter la Note de conjoncture immobilière en PDF interactif

Vos questions fréquentes