Acheter en nue-propriété

16.06.2017

L'achat d'un bien immobilier en nue-propriété permet de constituer un patrimoine à moindre coût.

  • Le principe de l'achat en nue-propriété

    • Vous achetez la nue-propriété d'un appartement dont l'usufruit est acquis par une tierce personne pour une durée entre 15 et 20 ans selon les programmes commercialisés.

  • Les avantages d'acheter en nue-propriété

    • Un prix attractif : L'achat en nue-propriété vous permet de constituer un patrimoine immobilier à moindre coût, avec un décote sur le prix d'achat de l'ordre de 40 % par rapport au même bien acquis en pleine propriété.

    • L'absence de charge pour le nu-propriétaire : L'usufruitier se charge de donner le bien en location et assure les réparations d'entretien de l' immeuble (parties privatives et communes).

    • La pleine propriété sans frais et sans fiscalité à la sortie : Au terme de la période de démembrement, vous retrouvez la pleine propriété du bien, sans avoir un euro de plus à débourser.

    • Défiscaliser ses revenus fonciers : Pendant toute la période du démembrement, l'opération n'a aucune incidence en termes d'impôt sur le revenu dans la mesure où vous n'encaissez pas les loyers du logement donné en location.

    • Réduire sa base ISF : L'usufruitier doit déclarer le bien dans son patrimoine imposable, à condition qu'il soit assujetti à l'ISF. Il est alors redevable de l'ISF sur la pleine propriété du bien. Pendant toute la période du démembrement, le nu-propriétaire n'a pas a en tenir compte pour évaluer son patrimoine imposable à l'ISF.

    • Transmettre à moindre coût fiscal : Si vous souhaitez transmettre le bien à vos héritiers, dans la mesure où seule la nue-propriété leur sera transmise, les droits de donation seront calculés uniquement sur la valeur de cette dernière.

Voir aussi
06.04.2017
Magazine Conseils des notaires - Dossier Impôts 2017
26.04.2017
Note de conjoncture immobilière / N°35
24.05.2017
Tout ce qui est à toi est à moi : le régime de la communauté universelle
05.05.2017
La Lettre Conseils des notaires : Mariage