lorem

Marché immobilier : indices et cartes des prix au m²


Indices NOTAIRES-INSEE

Variation des indices de prix au 1er trimestre 2019

Dans un contexte économique et social pour le moins perturbé, au premier trimestre 2019, les prix des logements anciens en France (hors Mayotte) continuent d’augmenter : +0,7 % par rapport au quatrième trimestre 2018 (données provisoires corrigées des variations saisonnières), soit la même évolution qu’au trimestre précédent.

Sur un an, les prix ralentissent à peine : +3,0 %, après 3,2 %. Comme observé depuis fin 2016, la hausse reste plus importante pour les appartements (+3,7 % en un an) que pour les maisons (+2,5 %).

Au premier trimestre 2019, les prix des logements anciens en Île-de-France ralentissent : +0,4 % par rapport au trimestre précédent, après +1,3 %, alors qu’ils augmentent en province de 0,8 % par rapport au trimestre précédent, après +0,5 %.

Sur un an, les prix continuent de croître à un rythme soutenu en Île-de-France : +3,9 % entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019. En province, la hausse des prix est quasi inchangée : +2,6 % entre le premier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019, après +2,8 % et +2,7 %. Cette hausse est proche de celle observée en Île-de-France hors Paris.

Ces hausses sont à relativiser au regard notamment de l’inflation (1,2 % sur un an en avril 2019 - Source INSEE) qui minimise la hausse et maximise la baisse, et des disparités régionales : si la hausse des prix se poursuit dans les zones urbanisées, voire tendues, il n’en est pas de même dans bon nombre de secteurs ruraux ou celles à la recherche d’un second souffle économique.

Quant au marché des investisseurs, l’impact de la défiscalisation Denormandie, du plafonnement des loyers à Paris (qui pourrait également voir à s’appliquer dans d’autres agglomérations) devront être mesurés à moyen terme.

N.B. : les indices sont extraits de l’information rapides de l’Insee N° 2019-136

Afficher en grand format :


Prix au m² médian des appartements anciens au 1er trimestre 2019

La hausse des prix reste plus importante pour les appartements (+3,7 % en un an)

Prix de vente médian des maisons anciennes au 4ème trimestre 2018

Depuis fin 2016, la hausse des prix est de +2,5 % les maisons.

Le crédit (Données Banque de France - Avril 2019)

Taux d'intérêt moyen des crédits nouveaux à l'habitat - Avril 2019

En avril 2019, la croissance des crédits aux particuliers accélère (+6,3 %, après +6,1 % en mars) sous l’effet conjugué de la progression des crédits à l’habitat (+6,2 %, après +6,1 % en mars et +6 % en février) et des prêts à la consommation (+6,1 %, après +5,8 % en mars).

Le taux d’intérêt moyen des crédits nouveaux à l’habitat (à long terme et à taux fixe) diminue en avril (1,49 %, après 1,51 % en mars) retrouvant son plus bas niveau historique observé en décembre 2018.


Réforme de la taxe d'habitation : mise en garde

2011-2019 : évolutions annuelles des prix des logements anciens

Les négociations sur la réforme de la taxe d’habitation étant sur la table, l’Association des départements de France propose au gouvernement de réformer le financement des aides sociales par la création d’un fonds de solidarité financé par une hausse de 0,2 point des droits de mutation.

À la lumière de la hausse des prix de l’immobilier, l’augmentation du taux marginal serait une aubaine pour les finances de nos départements, principaux bénéficiaires des droits de mutation.

En effet, ils comprennent à ce jour une partie départementale de 4,5 %, une partie communale de 1,2 % et des frais de recouvrement pour un total de 5,81 %. Cette taxe a déjà été augmentée en 2014 de 0,7 %, passant ainsi de 3,8 % à 4,5 %. En appliquant ce nouveau coup de pouce de 0,2 point réclamé par les départements, le total des droits de mutation serait de 6,01 %, part communale incluse.

Entre le 1er trimestre 2011 et le 1er trimestre 2019, plusieurs phases d’évolutions annuelles des prix des logements anciens se distinguent, avec globalement une meilleure résistance du marché des appartements (notamment soutenue par le marché francilien) :

  • 2011/2012 : décélération de la hausse autour de 2 % (contre 7 % un an plus tôt). Les appartements résistent mieux, avec un maintien de la hausse à près de 4 % (contre moins de 1 % en maisons) ;
  • 2012/2015 : baisse des prix contenue (autour de -2 % chaque année) ;
  • 2015/2016 : amorce de la reprise des prix, légèrement en avance en maisons (avec -0,4 % pour les appartements et +0,8 % en maisons) ;
  • 2016/2019 : reprise de la hausse des prix entre 2017 et 2019, autour de 3 % chaque année. Là encore, le marché des appartements se distingue, avec des hausses plus proches des 4 % contre 2 % en maisons

Consulter la note de conjoncture en PDF interactif

Vos questions fréquentes